Fiche métier manager de transition : pourquoi sauter le pas ?

440 millions : c’est le chiffre d’affaires réalisé par l’ensemble du secteur du management de transition en 2019 (baromètre France Transition 2019), soit un an avant le début de la crise sanitaire.Vous disposez d’une solide expérience dans des postes à responsabilité et vous souhaitez devenir manager de transition ? Découvrez quelques conseils pour mettre toutes les chances de votre côté dans notre fiche métier sur le manager de transition. 

Comment devenir manager de transition ? 

Il faut garder en tête que le management de transition n’est pas un domaine d’étude à proprement parler. Ainsi, contrairement au droit, à la fiscalité ou au marketing, le management de transition ne s’apprend pas sur les bancs d’une université. 

Évidemment, si le management de transition attire votre attention, certaines écoles proposent des formations qui vous donneront les clés pour réussir votre carrière et percer les mystères de la fiche métier du manager de transition. Parmi ces cursus, nous pouvons citer :  

 

Le manager de transition étant un expert qui s’appuie sur son haut niveau d’expérience pour apporter une plus-value aux entreprises qui le mandatent, il est impossible de cocher toutes les cases de la fiche métier « manager de transition » dès le début de sa carrière professionnelle. 

Les formations citées plus haut visent donc des cadres supérieurs ou des directeurs désireux de perfectionner leurs connaissances commerciales, stratégiques et comportementales, dans le but de réussir leur carrière de manager de transition.

Dès lors, le meilleur conseil pour accéder à un poste de manager de transition est de faire ses armes dans des professions auxquelles est associé un pouvoir de décision influant sur la bonne marche de l’entreprise (middle ou top management). 

Comment fonctionne le management de transition ? 

Le management de transition a le vent en poupe ces dernières années. Né aux États-Unis, le secteur attire de nombreuses entreprises, qui n’hésitent plus à faire appel aux services et à l’expertise d’un manager de transition. 

Et pour cause ! Le management de transition cumule les avantages : solution flexible et immédiate, le recours à un manager de transition permet de disposer de compétences et de ressources absentes en interne, tout en évitant les coûts et les délais inhérents à un processus de recrutement classique. 

À ce titre, il faut garder à l’esprit que le poste de manager de transition est accessible à de nombreux cadres, peu importe leur profession. Des professionnels des ressources humaines à la direction administrative et financière en passant par des cadres de la gestion de projet, le management de transition embrasse toutes les fonctions dont une entreprise a besoin. 

Quel est le champ d’intervention du manager de transition ? 

La fiche métier du manager de transition est sans appel : le manager de transition doit être capable d’intervenir dans des contextes variés. En témoigne l’enquête réalisée par Adequancy sur le sujet en décembre 2020, qui dresse un panorama des typologies d’intervention du manager de transition : 

  • Remplacement temporaire d’un cadre absent (61,54 %)
  • Transformation de l’organisation (47,44 %)
  • Accompagnement au changement (39,74 %)
  • Transformation digitale (16,67 %)
  • Développement, croissance organique et internationalisation (15,38 %)
  • Opérations de croissance externe (7,69 %)

 

Vous vous demandez pourquoi les pourcentages précités n’aboutissent pas à un résultat de 100 % ? Cette question est légitime ! 

En réalité, les entreprises sondées dans cette enquête ont sollicité plusieurs fois l’expertise d’un manager de transition pour traverser des périodes à fort enjeu. Les contextes d’intervention des managers de transition étant multiples, certaines organisations ne se sont pas cantonnées à une réponse unique. 

Fiche métier manager de transition : quel statut choisir ?

Le statut juridique est le 4ᵉ point important de notre fiche métier sur le manager de transition.

Puisque les managers de transition sont uniquement extérieurs à l’entreprise qu’ils accompagnent, ces derniers exercent uniquement en mode mission. Dès lors, aucun contrat salarié (CDD ou CDI) ne peut leur être proposé. 

Ainsi, pour accompagner les entreprises, chaque manager de transition doit choisir entre deux statuts distincts : 

  • le portage salarial 

Statut hybride par excellence, le portage salarial permet de profiter des avantages du salariat et de l’entrepreneuriat. 

Signataire d’un contrat de travail avec une entreprise de portage salarial, le manager de transition dispose des mêmes droits qu’un salarié classique (droits au chômage, cotisations à la retraite de base et complémentaire, Sécurité sociale, mutuelle d’entreprise, prévoyance…).

En contrepartie, le manager de transition sous portage salarial doit s’acquitter de frais de gestion, dont le montant équivaut généralement à 10 % de son chiffre d’affaires. 

  • Le statut d’indépendant 

40 % des managers de transition accompagnent la transformation des entreprises sous le statut d’indépendant. De la SARL à la SASU, en passant par l’EURL, les possibilités sont variées. 

Cette solution est appréciée pour la liberté qu’elle confère au manager de transition, qui exerce en toute autonomie auprès de ses clients. 

Cette importante marge de manœuvre souffre cependant de quelques inconvénients, comme le temps passé à effectuer les démarches administratives (création et gestion de l’entreprise) et une couverture sociale moins avantageuse qu’en portage salarial. 

Fiche métier manager de transition : à quel salaire prétendre ? 

Le point sur la fiche métier d’un manager de transition ne serait pas complet si l’on n’aborde pas la question de la rémunération. 

Puisque le secteur du management de transition est pluridisciplinaire, de nombreux critères influencent la tarification et le salaire du manager de transition. Parmi ces critères, nous pouvons citer : 

  • le nombre d’années d’expérience du manager de transition ;
  • la complexité et la durée de la mission de management de transition ;
  • le type et le degré d’expertise du manager de transition ;
  • les éventuels honoraires prélevés par le cabinet de management de transition.

 

Pour autant, selon l’enquête réalisée par INIMA, le réseau international dédié au management de transition, le tarif journalier moyen des managers de transition en France s’élevait à 1 015 € en 2021. 

Bien entendu, multiplier ce tarif journalier moyen par le nombre de jours travaillés pendant une année n’offrirait pas à une vision réaliste des honoraires annuels du manager de transition. 

En effet, puisque le manager ne bascule pas d’une mission de transition à une autre en quelques jours, des périodes d’inactivité sont souvent inévitables. Ainsi, si vous disposez d’un intérêt pour le management de transition, vous devez savoir qu’une certaine précarité accompagne le quotidien des managers de transition.

Dès lors, pour vous faire une idée plus précise des honoraires du manager de transition dans la durée, la fiche métier du manager de transition de la FNMT (Fédération Nationale du Management de Transition) indique que les honoraires annuels minimums d’un manager de transition s’élèvent à 80 000 € bruts par an, tandis que les honoraires moyens oscillent entre 120 000 et 150 000 € par an.